Fermer .cross_0{fill:none;stroke-miterlimit:10}
Nous joindre

C40 Reinventing Cities

Montréal, QC
Figurr collectif d’architectes a travaillé en étroite collaboration avec des professionnels d’ici et d’ailleurs tels que Arup, White Arkitekter, Convercité, Bâtir son quartier, Atelier Créatif, ÉAU, et le développeur Rachel Julien, afin de proposer le projet Canoë. Le concept est un quartier résidentiel carboneutre dont les sommets atteignent entre 13 et 25 étages totalisant 501 unités de logements. Le projet prend place dans l’arrondissement Ville-Marie à la frontière du quartier Griffintown et aux abords du canal Lachine.

Un projet vecteur de changement à même la métropole

L’idée maîtresse du projet, développé dans le cadre du concours international C40 Reinventing Cities, est d’y développer un quartier offrant un espace de vie communautaire, intégré et durable, offrant une pluralité de services et d’usages, telle que de l’habitation communautaire, abordable et locative, une cour de voirie, des jardins communautaires, garderie, ateliers d’artistes et ferme aquaponique. Le projet est pensé de sorte à permettre aux usagers d’y vivre, d’y travailler et de s’y divertir. Canoë se veut vecteur de changement, raccordant l’humain à son environnement, et propose un rapport sain et durable entre celui-ci et les écosystèmes qui le supportent.

L’équipe mit en œuvre des stratégies concrètes visant l’utilisation de matériaux de construction durables, la récupération et le recyclage des eaux de pluie, une gestion optimale des matières résiduelles et organiques ainsi qu’une plus grande utilisation du transport en commun.

S’inspirant d’outils de mesure de développement durable développés par les Nations Unies, le projet Canoë propose une réduction de l’empreinte écologique de l’ordre de 82 % par rapport aux constructions régulières.

Repenser les espaces extérieurs

La notion d’accessibilité aux espaces verts a également guidé l’équipe de création dans le développement du projet. Toitures et terrasses vertes, aménagements paysagers extérieurs autour et entre les tours d’habitation, zones de jeux pour enfants, le projet est pensé pour combattre les îlots de chaleur et diminuer le recours à la climatisation tout en favorisant le contact entre l’humain et la nature. L’approche se veut éducative tout en sensibilisant les résidents aux richesses des plantes indigènes et en les incitant à participer à sa préservation.

Quelques mètres de distance entre la récolte et l’assiette

Le projet comprend la conception d’une ferme verticale et aquaponique capable de produire une grande quantité de nourriture locale, telle que fruits, légumes et poissons, et ce 365 jours par année. Ces fermes réduisent considérablement les émissions de GES liées à l’importation d’aliments et aux déplacements des résidents pour se les procurer.

Le projet Canoë met également de l’avant les principes de l’économie circulaire, laquelle propose de repenser nos modes de production et de consommation de manière à user moins de ressources et à optimiser l’utilisation des ressources déjà existantes sur les lieux. Ainsi, le projet met l’accent sur la création d’opportunités d’affaires et de partage, en dédiant par exemple le rez-de-chaussée des tours d’habitation à l’implantation d’artisans et d’entrepreneurs locaux. La zone imaginée est bordée de boutiques variées, dont une rue piétonne comprenant une Allée des Artistes, espace de diffusion artistique et de représentation, ainsi qu’un atelier communautaire Fab lab, permettant aux résidents d’avoir un lieu de création commun et d’avoir accès à un service de location d’outils. 

Finalement, Canoë c’est bien plus qu’un quartier résidentiel; c’est la preuve qu’il est possible de construire nos villes de façon carboneutre pour notre bénéfice et celui des générations futures.